Comment changer sa vie, témoignage: maison d’hôtes

Maison d’hôtes

Niveau de difficulté : 

Je travaille comme attachée commerciale dans une agence. A vrai dire j’ai l’habitude de dire que c’est un travail passionnant mais en fait c’est barbant et puis je n’aime pas la hiérarchie et tout son cortège d’obligations. j’avais besoin de changer de métier de faire une reconversion à 360°, qui me permette de sortir de ce carcan professionnel.

Un jour malheureusement j’hérite de ma maman, cette somme me permet jusque d’acheter un mini studio à Paris ou une maison à la campagne. J’aime le contact avec les gens, accueillir, décorer etc… Depuis un certain temps je ne supporte plus l’ambiance du bureau et je rêve d’évasion. Alors me vient l’idée de créer une maison d’hôtes. Deux sentiments se pressent : l’enthousiasme et la peur. Effectivement le vrai risque est d’avoir acheté une maison dédiée presque exclusivement à cette activité, d’avoir englouti tout mon pécule dans cette aventure.

J’ai besoin d’une aide, je me balade sur le net et je trouve un super site d’accompagnement pour créer cette structure et éviter les pièges. Je m’empresse de prendre les conseils judicieux et c’est parti.

Sans garde- fou je me lance. Le premier client se pointe sans prévenir, j’ai le cœur qui s’emballe, je suis trop prévenante… Le site me donnait pourtant maison campagnarele conseil de ne pas trop se précipiter et rester cordiale mais pas trop collant… Faut que je les écoute, des conseils à suivre avec ma touche personnelle. Les hôtes découvrent la chambre et s’exclament : «  c’est vraiment charmant, et décoré avec goût… ». Le lendemain je sers le petit déjeuner, les clients ont l’air ravis.

Au moment du départ je reste un peu coincée attendant je ne sais quoi. La vitre de la voiture se baisse et la dame me lance : « merci c’était vraiment super, c’est comme cela qu’on imagine une maison d’hôtes, on parlera de la vôtre à nos amis. On y va, et à la prochaine fois ».

A peine la voiture a disparu que je lance un cri de victoire, un geste guerrier l’accompagne : une bataille  gagnée… Je dois maintenant gagner la guerre, m’améliorer etc…

Je pense que partir la fleur au fusil est une erreur et qu’il faut toujours se faire conseiller mais pas par des charlatans, mais par de vrais professionnels qui possèdent un « supplément d’âme ».

Effectivement j’ai eu la chance de tomber sur le bon site.

Dans cette activité la qualité principale je crois est d’aimer le contact et aussi savoir que les hôtes peuvent parfois être difficiles. Mais ce choix de vie me permet aujourd’hui de réaliser un projet qui me passionne et qui me responsabilise car si la maison d’hôtes marche bien c’est grâce à moi et mon désir de bien faire.

Aujoud’hui je vis de ma maison d’hôtes avec les 4 chambres et je crois bien que j’ai réussi ma reconversion. Je ne serai jamais riche mais je vois bien le chemin parcouru et je savoure chaque instant cette nouvelle liberté.

Parfois c’est bien difficile de faire un choix mais il faut savoir se faire violence. Changer de vie c’est aussi savoir changer dans sa tête.

Céline

 

Commentaire: contrairement au projet de François, Céline a du acheté une maison dédiée spécialement à ce projet. Cest donc un risque d’investisseur. Mais là aussi le besoin de changer son mode de vie, et la bonne préparation lui ont permis de réaliser et surtout de finaliser positivement.

Copyright 2016/ www.commentchangersavie.fr

Si vous avez vous-même un témoignage, n’hésitez pas et nous le publierons.

« Pour changer de vie il faut d’abord savoir changer sa vie »

PARTENAIRE

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :