LE LOGICIEL HUMAIN et le VAKOG, Programmation Neuro-Linguistique.

L’homme n’est pas un ordinateur même si il agit en fonction d’un programme, son propre programme. PNL 

Par Eve-Elisabeth

 

Résumé de PNL 2: le logiciel d’un ordinateur est nourri grâce aux informations qu’un être humain lui insuffle par le biais d’une écriture informatique. Mais une question, tout à fait légitime d’ailleurs, nous taraude: qui nous programme? Vaste programme!

Le logiciel imparti aux hommes est complètement différent de celui des machines, il est nourri grâce à la communication étroite que celui ci entretient avec son environnement. Nous existons, nous respirons, nous ressentons, nous voyons, nous regardons, nous goûtons, nous sommes des êtres humains, des êtres sociaux et nous vivons dans des structures qui déterminent aussi notre comportement. Chacun de nous possède son propre logiciel qui déterminera ses actions, ses réactions, ses peurs et ses joies. Personne ne nous programme, nous sommes tous des « personnes » et réagissons différemment face à une situation particulière. Nous nous programmons d’une façon inconsciente, ou parfois consciente, par rapport à ce qui nous entoure.

 

Le logiciel de chacun de nous est « l’histoire de sa propre vie », tout ce qu’il a pu voir, ressentir, toucher ou goûter pendant toute son existence. C’est le fruit de ses expériences, un concentré de « vécu » emmagasiné dans son cerveau. En fait le « cerveau » est l’ordinateur de l’homme et son « vécu » est le  » logiciel humain ».

La PNL (Programmation Neuro- Linguistique) nous permet de mieux nous connaître et aussi par ricochet de mieux communiquer avec autrui. Scrutons de plus près ce charabia existentiel.

Nous pouvons communiquer avec notre environnement grâce à nos « canaux sensoriels »:

 

  • La Vue nous permet se visionner ce qui nous entoure, les couleurs, le noir complet…
  •  L’Auditif  d’entendre les vibrations sonores, sa qualité ou sa force…
  • Le Kinesthésique nous donne la possibilité de percevoir des signes du corps, le chaud, le froid….
  •  L’Olfactif de sentir les odeurs, les parfums, la fumée des cheminées d’usines…
  • Le Gustatif pour apprécier le goût des bons plats, l’acidité des citrons…

Si nous mettons les lettres en rouge ensemble, nous obtenons: VAKOG

Souvenons nous de ces quelques lettres car elles sont primordiales pour nous rappeler les 5 canaux sensoriels qui nous donnent la possibilité d’appréhender notre environnement d’être en harmonie avec celui ci.

Depuis l’instant où nous sommes nés, nous communiquons avec le monde extérieur, notre mère, notre père, les humains en général, les animaux… Ainsi notre logiciel est nourri par toutes ces sensations qui nous ont été transmises par les 5 canaux VAKOG (Vue, Auditif, Kinestésique, Olfactif et Gustatif)

Donnons un exemple concret qui nous permettra de mieux saisir l’importance des canaux sensoriels.

Armand est un bébé et à sa naissance parle, il fait « areu »à sa maman, il tète le lait, il a chaud, froid, ses yeux piquent, il impriment des images, des sourires des personnes qui se penchent sur son berceau.

Plus tard, plus grand à la cantine il va peut- être ne pas aimer les épinards préparés « à la va vite », les œufs durs à l’odeur désagréable ou en revanche adorer une sauce de ketchup par trop sucrée… Dans la cour de récré les rapports avec ses amis et les autres sont très importants et vont lui insuffler un comportement qu’il va intégrer inconsciemment. Savoir se défendre, s’arroger des droits, se rendre intéressant.

L’odeur si appétissant des gâteaux de mamie le mercredi, le fumet du pot au feu si alléchant de maman le dimanche midi…

Des rapports difficiles avec son père, des conflits avec son frère aîné ou ses camarades de classe, la morale sociale, sa religion seront aussi d’autres « éléments » qui vont forger son caractère et son comportement . Un jour Armand rencontre une jeune fille ,Hélène, l’amour sera au RDV. Il invite Hélène au sourire si charmant au resto chinois où une musique lancinante l’enveloppe agréablement. Tout se passe bien, il est heureux, il est épris et se marie à la campagne où l’odeur de l’herbe fraîchement coupée le ravit, c’est le bonheur… Armand travaille, il a un poste important, tout lui sourit etc…

Des expériences importantes ou  banales, des senteurs furtives, des images fugaces de joie ou de peine, des minutes de grande solitude, des tensions palpables seront primordiales et donneront à Armand une certaine vision du monde de la vie, de l’amour, de la famille…Tous ces différents éléments, agréables ou désagréables, importants ou même anecdotiques alimenteront son « logiciel ». Ses « comportements externes », ses « états internes », ses « processus internes » , en seront le fruit. Il agira en fonction d’un programme déterminé qu’il a conçu lui même inconsciemment en se connectant au monde extérieur dès qu’il est sorti du ventre de sa mère. Il ne faut pas minimiser le rôle des préceptes sociaux, des interdits religieux, de la morale familiale…

Notre cerveau (l’ordinateur) nourri d’un tel logiciel ( maman est jolie, l’odeur et le goût du lait sont agréables, mon copain n’a pas été très gentil, le chat m’a griffé, j’ai attrapé un PV car j’étais mal garé etc…) est programmé pour réagir selon les expériences visuelles, auditives,kinesthésiques, olfactives ou gustatives. Souvent les réactions face à un événement donné seront toujours les mêmes.

Poussons à l’extrême ce raisonnement. Si nous naissons dans un pays totalitaire notre logiciel sera programmé en partie par la propagande, par des idées préconçus intégrées sournoisement. Notre logiciel sera d’autant plus aseptisé que notre milieu social sera vicié.

Alors mesdames, messieurs une question importante s’impose à nous: pouvons nous déprogrammer ( en partie)!

Le prochain article (PNL 4) donnera des éléments de réponse.

Le blaireau de la PNL.com

On ne peut pas ne pas communiquer

PNL 1 La découverte

PNL 2 Le logiciel

Site partenaire

PARTENAIRE

 

 

Laisser un commentaire